Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Parapal

Komaki était une lycéenne ordinaire, jusqu'au jour où elle fait un étrange rêve... Au réveil, la jeune fille constate avec surprise qu'un drôle d'individu s'est installé dans sa tête, et ne cesse de lui parler. Perturbée, Komaki va en plus découvrir que son odorat est désormais surdéveloppé. Et tandis qu'un nouveau monde sensuel s'ouvre à elle, son quotidien va peu à peu s'effriter. Amitié, amour... et mensonges ! Et si autour d'elle, d'autres camarades étaient aussi parasités ?

Manga-News

Tome 1

Tome 1

« Parapal » (« Para paru » en vo) est un manga de Takumi Ishida paru dans les éditions Delcourt (collection Sakura) sous supervision éditoriale d’Akata. Sortie en mai 2013 dans nos contrées, la série est déjà terminée au Japon et possède 9 tomes ce qui rend cette série relativement courte. C’est un mature shôjo manga où l’on suit Komaki Ikeno, une jeune lycéenne vivant une vie banale jusqu’au jour où son sens de l’odorat s’est surdéveloppé. La raison ? Un « extraterrestre » loge dans son cerveau.

 

Acheté ce 30/04/14 en attendant le train (une heure de balade en gros… Oui on s’en fou de ma vie), j’avais déjà lu un extrait dans le passé et l’ayant vu chez Slumberland je me suis dit qu’en savoir un peu plus que ce que le petit extrait pouvait me donner serait pas mal. Au prix de 7€20, je n’ai pris que ce tome 1 vu que… J’étais fauchée après avoir prit le collector du tome 19 de « Vampire Knight » et 2 tomes de « Puella Magi Madoka Magica The Different Story » (et j’attends le volume qu’il me manque pour vous écrire la chronique ça fonctionne comme ça maintenant pour les mini série nah >< »). En prime du manga j’ai même pu repartir avec une carte prévue pour le nouvel an 2014 liée au manga « Love Mission », un marque-page parlant de la série de roman « La Terre des vampires » en trois tomes et de faux billets de 100$ lié à la BD « XIII » où vous vous faites une idée de l’histoire également. Je l’aurai lu en continuant d’attendre le train ainsi que durant le trajet et en prenant mon temps soit en 1h voire un peu moins étant donné que j’ai vraiment tout regarder de fond en comble, réfléchit pour arriver au final que c’était une bonne surprise.

 

Vous avez bien lu, au départ je m’apprêtais à une histoire sucrée et toute mièvre dès le début (Bon d’accord la couverture rose n’aide jamais avec moi…) et bien non, certes Komaki est amoureuse au tout début du tome vu qu’elle sort avec quelqu’un, mais au final elle prendra certaines décisions qui changeront déjà la vision que l’on se fait d’elle et d’autres personnages. Ce tome est considéré comme un « prologue » à l’histoire étant donné qu’elle prendra plus d’ampleur dans le tome 2 à ce que j’ai réussi à comprendre et met donc en place les protagonistes ainsi que les explications. Nous les apprenons au fur et à mesure en même temps que les personnages qui sont tout aussi largués que nous (bien que Tsurumi semble apprécier le constat que des aliens squattent les cervelles des gens…). Ainsi au fil de ce tome on découvre qu’en plus de Komaki qui à son sens de l’odorat qui a été touché d’autres camarades de la demoiselle ont également été… heu… colonisé ? Ce faisant elle n’est pas la seule à avoir l’un de ses sens qui part en vrille. Tsurumi est le second que l’on rencontre, son ouïe est bien plus développée que la moyenne et la dernière personne est une demoiselle également dont le sens est le toucher (et non pas de nom, à vous de lire mouahaha *PAN*). Ils ont chacun leur caractère, leurs soucis, méthodes de faire et on se rend compte que l’on fini rapidement par s’attacher à l’un ou l’autre, à se mettre à la place de certains personnages, de se dire « ça doit être chiant d’entendre totalement tout parfois quand même non ? » et de rire lors de certaines situations ou stresser lorsque d’autres se déroulent sous nos yeux.

 

Reste plus qu’à voir si la suite de la série continue de donner envie ou de nous tenir en haleine. Les dessins sont relativement doux, un tracé que l’on retrouve dans la plupart des shôjo (les grands yeux pétillants ça vous parle ?) et l’on reconnait chacun des personnages sans aucun problème, il faut juste le temps de se souvenirs des différents prénoms. De plus certains personnages gardent encore énormément de mystère, le prof n’est qu’un exemple parmi d’autre et c’est agréable de ne pas tout connaître. Le point positif qu’il y a également dans ce tome ce sont les explications, elles arrivent quand on en a réellement besoin et il y a un lexique à la fin pour les mots inconnus ou les expressions que l’on ne sait pas.